De la Fonda Coma «Cal Ventura» à l'Hôtel de Bonaventura Coma et à l'Hôtel Coma

Vraisemblablement, la FONDA COMA existait déjà à Ordino à la fin du XIXe siècle entre les mains de Bonaventura Coma Riba (de Casa Ramonguem) et de sa femme, Maria Antonia Pintat Moles, originaire de Meritxell. Bonaventura était hôtelier, fermier, portier et très bon homme d’affaires. Il avait beaucoup de bétail (vaches, chevaux, mulets, …) et il assistait à toutes les foires des environs. Il apportait chaque semaine des marchandises d’Espagne qu’il vendait à la Fonda et, comme si cela ne suffisait pas, il a pris le temps de guider les chasseurs venus de Barcelone. On se souvient de façon anecdotique et des selles confortables qu’il utilisait pour transporter les dames de la famille d’Areny-Plandolit, qu’il récupérait à Seu d’Urgell, après avoir été averti par courrier.

La “Fonda Coma” était le seul existant dans les environs et était située près de l’église. Malgré sa petite taille, c’était un agencement parfait, car au rez-de-chaussée, vous pouviez trouver un magasin avec toutes sortes de matériel et de nourriture (y compris la viande de chasse …) ou déguster les succulents plats que la propriétaire de l’établissement préparait sur des poêles à charbon et avec des pots en argile, en particulier lors de la chasse et de la cueillette de champignons.

Le taux d’occupation était tel que parfois des matelas étaient installés sur le sol ou des lits étaient installés dans l’écurie. On mangeait à tour de rôle à une longue table occupée de façon à ce que les nouveaux arrivants soient au plus près de la cheminée pour les soulager du froid rigoureux de l’hiver.

En 1913, Bonaventura Coma Pintat, fils des propriétaires, épousa María Coma Areny et de cette union naquirent cinq filles: Rosita, María, Ventureta, Mercé et Carolina.

Le bon caractère et le grand cœur du couple étaient, sans aucun doute, des bases solides pour fonder l’entreprise familiale. Il était courant pour Maria de prêter des vêtements secs aux clients qui arrivaient trempés ou de se proposer, sans hésitation pour aider n’importe quel voisin, en offrant des marchandises pour répondre aux besoins de leur famille en ces temps difficiles. De son côté, Bonaventura n’a pas hésité à accueillir les réfugiés pendant la guerre, les déclarant comme ses propres jeunes hommes.

Ainsi, la réputation de la Fonda grandit et, de manière particulière, celle de la cuisine de la «gérante», devenant un incontournable. Des voisins de toutes les paroisses d’Andorre sont venus déguster les spécialités de Maria: truites, lièvres, sangliers, Escudella, cannellonis et ragoûts et civets cuisinés avec toutes sortes de légumes et champignons de saison, ainsi que des puddings, cocas et autres douceurs…

La Fonda s’agrandit, donnant naissance en 1932 à un nouveau projet, l’HOTEL De BONAVENTURA COMA. N’ayant pas de fils Baron et pour que le nom de famille ne soit pas perdu, Bonaventura a donné le nom COMA au nouvel hôtel et a fait promettre à ses filles qu’il ne changerait jamais. Ses terrasses vitrées et sa salle de billard reflétaient la modernité de l’époque.

Mais ce projet passionnant n’a pas duré longtemps puisque, malheureusement, Maria Coma est tombée malade et est décédée peu de temps après. L’hôtel a été loué pour une période jusqu’à ce qu’il soit récupéré par les filles mariées qui, avec un dévouement absolu et le positivisme hérité de leurs parents, n’ont pas tardé à reconstruire l’environnement social. Sa salle de bal, avec de la musique live par des accordéonistes, est devenue le principal lieu de rencontre pour les filles célibataires et les prétendants des environs.

C’est en 1952 que Bonaventura loue à nouveau l’hôtel (toutes ses filles se marient et élèvent leurs propres enfants …), jusqu’à la “pubilla” de “Cal Ventura” (bénéficiaire de l’héritage en l’absence d’hommes), Mercé Coma, a repris les rênes de l’entreprise avec son mari, Josep Riba, adaptant le confort de l’établissement aux besoins d’une nouvelle ère.

Quatre enfants sont nés de ce mariage: Mercé, Eva, Eduard et Josep María. Poursuivant les incorporations générationnelles, en 1976 la réforme de l’HOTEL COMA a été inaugurée avec sa fille aînée, Mercé Riba et son mari, Emili Prats.

L’exploitation de l’entreprise par les parents s’est poursuivie jusqu’en 1985, date à laquelle elle a été transférée à son fils Josep Maria, qui, après avoir terminé sa formation universitaire en hôtellerie et tourisme, a continué à fournir de l’expérience et de nouveaux projets jusqu’à ce jour, comme le Restaurant Topic bien connu, devenu une référence locale dans le centre d’Ordino.

Aujourd’hui, son jeune fils Bonaventura, fils de Josep Maria Riba et Yolanda Cid, perpétue les illusions de ce projet ancestral qui garde sa mémoire brûlante dans le passé comme une douce caresse, en entrevoyant simultanément l’avenir avec une illusion intacte.